GORA BAZTANDARRAK!

On s’est encore régalé ce samedi 21 Juillet! Faut dire qu’il y avait tout à Bidarray pour passer une incroyable journée!

Désolé, nous allons sortir la brosse à reluire mais nous sommes obligé de souligner l’exemplarité de cette organisation, de ce club, de ces bénévoles qui font le BAZTANDARRAK!

Tout d’abord, l’accueil est impeccable, avec largement de quoi se garer à proximité du départ et le petit café offert qui fait plaisir! L’équipe en place est hyper souriante et avenante! Le retrait des dossards et les contrôles se faisant la veille, pas de bazar le jour de la course. Le balisage et les ravitos sont irréprochables selon les coureurs. L’animation au village départ est juste fabuleuse avec des images en direct retransmises par les excellents KANALDUDE et commentées par l’irremplaçable Xantxo qui connait ses fiches et notre sport!

Quand t’es posé sous le chapiteau avec une petite pression bien fraîche, les yeux rivés sur l’écran géant et que tu regardes les coureurs se livrer un gros fight là bas derrière Iparla et tout ça avec des vrais commentaires dignes des meilleurs chroniqueurs télé… tu te dis que les Qataris ont racheté la course!

Rien de tout ça! C’est le résultat d’une équipe de bénévoles qui ont décidé de voir loin et bien! Heureusement, Ils ne sont pas les seuls en Iparralde et n’ont de leçons à donner à personne mais aujourd’hui, on parle d’eux. On serait même tenté d’étouffer l’histoire pour jalousement limiter cette course à notre stricte intimité mais quand tu vois les coureurs qui s’alignent, tu as compris que ça va pas s’arrêter là. BAZTANDARRAK a fêté ses vingt ans l’année dernière et n’ont rien perdu de leur âme.

Côté course, du beau monde s’était aligné au départ du BK45, avec une bagarre qu’on sentait à plein nez jusque dans la vallée du Baztan! Une bonne partie de l’élite locale était répartie sur les deux formats en définitive… C’était une sorte de congrès du gros cuisseau de montagne!

Alors ça a démarré fort sur ce marathon de 2800d+, avec un meneur assez inattendu au regard des dernières semaines qu’il s’était enquillée! C’est Eric Etchegaray qui a ouvert le bal, menant le premier wagon composé de Benoit Cori, Mickael Etcherrevy, Pantxo St Martin jusqu’au pied d’Otsomehaka à peut près. Le bonhomme avait terminé 11 ème au Grand Vignemale quinze jours plus tôt et 6 ème au GTVO la semaine juste avant! Samedi, il finira 5 ème Messieurs Dames. Idem pour Pantxo St Martin, le Killian Jornet basque (pour situer 25ème à la Pierra Menta avec son partenaire) qui lui, terminait 3 ème au GTVO. Ces gars là, c’est du lourd. Mais le jus aura certainement manqué pour rivaliser avec le grand Cori qui va s’arrêter à chaque ravitaillement, gérer et atomiser. Il arrivera avec 25 minutes d’avance sur Mickael Etcheverry qui a bien failli terminer main dans la main avec le cascadeur de Pantxo qui descend tout shuss. Il fallait être sacrément « complet » sur ce parcours qui mélangeait gros dénivelé, roulant, descente technique et boueuse, bref, tout ce qu’est Benoit, l’ancien de l’équipe de France de Trail. Ceci dit, malgré tous ces bonhommes hors normes, il y a eu une petite pépite ce samedi à Bidarray! Une comète… Une Hirondelle!

Blandine L’Hirondel! On dirait la fée du livre du soir pour ta fille mais non, c’est une jeune femme de 27 ans, de retour de l’ile de la Réunion, qui réside à Agen et qui termine 6 ème au scratch de ce BK45!!! 30 sec après le dénommé Eric cité plus haut. Alors là, évidemment c’est le tremblement de terre, le tsunami, la PLS, la réanimation… tout ce que tu veux! Ouate deux phoques! Comme diraient les Anglais! Une dizaine de gars derrière elle ont déchiré leur licence après ça (humour).

Message pour Blandine: A l’avenir, il faut prévenir avant tes participations. Merci.

Alors, nous nous sommes renseignés concernant ce phénomène au féminin et il s’avère que partout où elle passe, elle rafle. La Salazienne, le Trail des deux rivières, le Cilaos Super Woman Trail, la Black Mountain Trail (55 kms)et le Marathon Trail des Bastides pour ne citer que ceux-ci. Ses chronos sont toujours hallucinants. Difficile donc de concurrencer cet ovni, y compris pour l’expérimentée Séverine Duhalde qui après un GTVO en mixte arrive 49 minutes après Blandine mais tout de même 33 éme au scratch! Laure Arribot, plus préparée au format Ultra, complète ce podium en 6h24′ et 52 ème au scratch. Là aussi, terminer dans le premier tiers c’est jolie!

On notera la belle performance d’un petit jeune qui ne cesse de grimper, dépassant son coach qui n’est pas des moindres et finissant 7 ème de cette édition. Axel Chevalier, du haut de ses 24 printemps, progresse, apprend vite et la montagne le passionne à l’image de son engagement chez nos amis Trail Runner Foundation. Coureur à suivre…

Du coté du BK21. Alors là non plus, ils ne sont pas venu pour tondre la pelouse! Défilé de machines. Joseba Larralde était bien là, aux cotés des leaders de la Txapelketa et fraichement sélectionnés pour Le Salomon Ubaye Trail. Adrien Tuffery s’alignait au départ pour maintenir sa confortable avance au classement mais c’était sans compter une fatigue inévitable au regard de son incroyable début de saison! Il terminera à la 8 ème place vidé, mais aura tout donné comme à son habitude. La bataille allait se jouer entre l’espagnole Larralde, Nicolas Darricau et Damien San Martin. Il n’a pas fallu grand chose pour que Romain Gachen bouleverse l’échiquier. On sait que la roue tourne et que les facteurs sont nombreux pour être au top de sa forme alors attention à ce Romain quand les planètes seront alignées!

Joseba, ancien de l’Euskal Selekzioa n’aura laissé aucune chance et ce, dès la première bosse. On parle d’un des meilleurs coureur en montagne d’Egoalde. Samedi, il fallait ouvrir les yeux et apprendre. Darricau et Tuffery avaient déjà suivi un cours à Baigorri pour Artzainen lasterkaldia que l’espagnole avait remporté. Cette fois-ci, ce sera Nicolas et Damien San Martin au premier rang. Ils vont arriver main dans la main, souriants, loin des rivalités que peuvent connaître d’autres sports.

Du coté des féminines, Zorionak Alizia Olazabal Donato de Lopez! Car lorsqu’elle s’aligne au départ d’une course, c’est podium garanti! Claire Dubès, sélectionnée elle aussi pour la finale du challenge Salomon, arrive 2 minutes à peine derrière. Elle disait être là pour assurer son classement Txapelketa, mais en aucun cas Alizia pouvait perturber son statut de leader. Non, elle est comme ça Claire Dubès, une compétitrice hors norme bien décidée à montrer qu’il fallait compter sur elle pour représenter l’Iparralde et gagner du terrain! Chapeau.

Bravo également à Pauline Sonnic, la récente habituée des podiums qui à l’air bien motivée aussi pour défendre une nouvelle vague de compétitrices en montagne! On la savait à l’aise sur les formats rapides et bien il va falloir compter sur elle pour du plus long!

Bravo à tous les autres que l’on ne peut pas citer et à cette organisation IN-CRO-YABLE! Nous avons de belles images en tête et c’est le plus important…

AUPA BAZTANDARRAK!