L’interview “coupé, décalé” de Benoit Cori

“ Manger et boire peut s’avérer bien plus fatiguant qu’une grosse séance de fractionné !

Benoit Cori

Le ton est donné! Et nous ne sommes pas peu fiers de vous servir sur un plateau l’interview encore toute chaude de Mr Benoit Cori! Alors, sortez les olives, installez-vous confortablement dans votre canapé avec une blonde ou une brune bien fraîche et coupez le son de Cyril Anounazzz!

 

Merci Benoit d’avoir accepté notre invitation! Nous sommes ravis de commencer cette série d’interviews “coupé, décalé” avec toi. Tu représentes à toi tout seul l’esprit de la Txapelketa, compétiteur et plein d’humour! Alors, on va commencer si tu le veux bien avec cette première question qui nous brûle les lèvres…

Es-tu en cannes ?!?

 

 

 

“ Pas encore ! Cela va faire 15 jours que j’ai repris après 1 mois de coupure. Une petite blessure plus les vacances ont fait qu’après la Sainté Lyon je n’ai plus rien fait ! A part manger et boire qui peut s’avérer bien plus fatiguant qu’une grosse séance de fractionné ! ”

 

 

 

 

Et oui, félicitation pour ta course à la Sainté Lyon! Pour ceux qui étaient sur une autre planète fin d’année dernière, on rappelle que t’es monté sur la boîte, Hirugarren!

Ici, à la rédaction, on a des mordus de statistiques et on espère te voir casser les compteurs et affoler les GPS cette année!
As-tu déjà planifié ta saison et peux-tu nous lâcher quelques courses où l’on te verra probablement cette année?

 

 

“ J’aime les chiffres et mon esprit compétiteur m’amène à toujours vouloir en faire plus alors j’espère bien que les GPS vont fumer !
En course de prévue je n’ai pas grand chose de planifié, j’aime prendre les choses au jour le jour mais déjà 2 grosses courses de prévues : un 130 km, l’ultra du Pas du diable en avril et fin août le 160km de l’UTMB.
D’ici là, je compte faire ma rentrée lors du Chibertrail d’Anglet, puis je compte bien faire un tour au Senpereko trail ainsi qu’à la Sara korrika. ”

 

 

 

IT’S A SCOOOOOOOOOOOOOOP !!!!!!!!!

IL SERA LÀ POUR LES DEUX PREMIÈRES ÉTAPES DU CHALLENGE!

ET L’UTMB TU DIS ? UTMB ?

On se calme…

 

Benoit, même si t’es à l’aise un peu partout, comment tu définirais le profil de course où tu te sens le mieux?

 

 

 

 

 

Mon profil de course est un parcours de 70-90km assez roulant avec 3000/4000m de d+ maximum, c’est là où je m’exprime le mieux. Mais après j’aime tous les formats !

 

Nous aimons aussi tous les formats. Maintenant, la question d’une internaute choisie complétement par hasard et sous un contrôle visuel approfondi.

En préambule, on se rappelle que tu es parti dérouler du miles chez l’oncle Sam et que tu as bien failli faire trembler San Francisco! Comme si ils avaient besoin de ça les pauvres… Bref, des “frenchies” qui s’exportent ce n’est pas chose courante dans le trail et on peut en imaginer les raisons. Place à Jennifer de California et ses interrogations:

“ Benoit, you rêve what course this moment? ”

“ Le aimes tu le voyage pour courir, dans tes projets la course de ailleurs ? ”

T’aurais pu traduire bon sang…

 

 

 

“ Oui j’aime voyager et en plus quand on peut concilier ma passion qui est la course à pied c’est le must! Après j’aime partager ça aussi, donc lorsque je pars, j’aime être accompagné par des amis, c’est important.
Et une course qui me fait vibrer serait la diagonale des fous, à la Réunion ou j’espère bien y mettre les pieds un jour… ”

 

Comme on te comprend, on aimerait bien y mettre les pieds aussi…

Bon, puisqu’on parle de courses, que penses-tu d’avoir créé la Txapelketa et son challenge sur l’ensemble du territoire Iparralde ?

C’est un super concept qui peut en motiver plus d’un à se lancer sur ce challenge. Au pays basque ça n’existait pas encore donc c’est une super initiative !

 

Mouais, c’est pas faux…

Oh oh oh…

La classe bordel…

Attends… soyons désinvoltes, n’ayons l’air de rien…

Ça va se voir qu’on en peut plus là ?

Enchaine, enchaine…

 

 

 

 

De ton point de vue et avec ton expérience auprès de l’élite nationale, est-ce que nous avons un bon potentiel d’athlètes au Pays basque? Tu penses à des coureurs ?

Je vais peut être ne pas être sympa mais du côté français au Pays basque (Iparralde) , je pense que la densité de coureurs de haut niveau n’est pas très élevée au contraire du Pays basque espagnol (Hegoalde) ou des Alpes…

 

Merde, la douche froide, c’était trop beau…

 

Bon, pour nous c’est foutu mais pour la jeune génération, aurais-tu quelques conseils à leur donner? Comment passer de la piste au dénivelé? Quelles erreurs ne pas faire quand on débute ?

“ Tout d’abord y aller par étapes, commencer par des 10/15 km, pas plus, se forger une bonne vitesse de base tout en gardant les séances de piste, on ne devient pas champion du monde du jour au lendemain, cela prends énormément de temps, donc ne pas griller les étapes, c’est comme les entraînements, il faut monter le kilométrage et le d+ au fur et à mesure. De plus, ne pas hésiter à faire des sports portés style vélo/VTT, c’est un super complément pour se faire la caisse! ”

As-tu un spot de prédilection pour t’entraîner parmi nos montagnes ?

Oui, j’ai mon tour favori qui est: Pas de Roland, Artzamendi, Mondarin, je le connais par cœur, pas très loin de chez moi et assez sauvage, le kiff !

Ça ressemble à quoi une semaine d’entrainements chez Benoit Cori ? Un max de bornes ? Tu croises avec du vélo ? Un poulet fermier par jour ?

“ C’est au moins 2 séances de sport par jour avec toujours de la course à pied + vélo ou vélo elliptique en salle si le temps est pourri.
Je fonctionne souvent en terme d’heure d’entraînement hebdomadaire, et j’essaie d’atteindre en général les 20h00. ”

Niveau alimentation, on pense ne pas te trahir en disant que tu es suivi par un nutritionniste fantôme formé chez Domino’s pizza… Mais bordel! Comment fais-tu ??? Quel est ce mystère ?
A l’heure où la tendance est de peser ses graines pour moineaux et de boire des jus de légumes qui te vident et te donne une couleur carotte, dirais-tu qu’on devrait juste s’entrainer et vivre la vie à fond ?

“ Je suis un gourmand et j’aime profiter de la vie, alors je ne veux pas sacrifier les joies que l’on peut trouver dans de bonnes soirées entre potes, de manger une baguette de Nutella pour espérer être plus performant.
Je ne me prends pas la tête, après, avec tout l’entraînement effectué, j’en grille des calories donc je peux aussi me permettre de faire pas mal d’écarts mais dès que j’arrête le sport les kilos en trop arrivent vite ! ”

 

 

 

 

En tous cas ici, à la rédaction, on est rassuré de savoir qu’il existe un type dépassant 1m90 et 80 kg, que l’on peut croiser au petit Bayonne et qui va mettre tout le monde d’accord au pays du Bacalao sous les couleurs du drapeau Français! D’ailleurs, on te collerait bien d’autres couleurs mais ne faisons pas de politique… Une équipe d’Iparralde… on rêve!

METXI BENOIT CORI!

 

 

TXAPELKETA